L'Orne RadicaleParti Radical de gauche

Thierry Pinot

Conseiller municipal et ancien Maire de L'Aigle
Membre titulaire de la Communauté des Communes du Pays de L’Aigle et de la Marche

Parce que je suis convaincu que les valeurs d’humanisme et de laïcité doivent être au coeur de nos préoccupations quand on s’intéresse à l’avenir.

Marie-Jo Pierre

Ajointe au Maire d’Argentan

Je suis entrée dans la politique locale dans un esprit de service. Face à la brutalisation des rapports entre groupes, j’ai été attirée par le PRG. Je connaissais son histoire: elle montre que dans les occasions les plus difficiles, ses membres choisissent toujours le sang-froid et la réflexion humaniste qui évitent les querelles sectaires et les conflits stériles. J’y expérimente le dévouement et la fidélité à la chose publique, à la fois sur le plan de la France et de l’Europe; l’esprit d’ouverture et d’écoute mutuelle; l’intelligence dans la recherche de solutions pratiques et applicables aux problèmes actuels, tout particulièrement dans le domaine de l’économie de crise et de ses retombées sociales.

Je suis très sensible à la loyauté citoyenne de mes amis, dans les divers échelons du Parti ainsi que dans leurs rapports avec leurs partenaires et leurs adversaires politiques.

Christophe LECAT

Membre du Bureau, Trésorier de la Fédération PRG de l'ORNE

Lecat.jpg
 
Pourquoi suis-je radical ?
Tout d'abord pour l'humanisme dont se réclame ce mouvement, car au final il n'est de combat méritant d'être vécu que celui qui fait progresser l'Homme.
Les réponses à des situations complexes, comme l'Europe, la France les connaissent, ne peuvent trouver des solutions simplistes et la tradition radicale de réflexion, d'expression multiple et sa capacité de synthèse ne pouvait que me convenir.
A ce titre être radical signifie aussi pour moi une capacité de vision et d'accompagnement de l'évolution de la Société qui somme toute est surement l'essentiel du Politique.
Enfin la notion défendue par le PRG de l'Europe fédérale me semble particulièrement pertinente à l'heure d'une mondialisation que nos nations à leur propres  échelles ne peuvent appréhender seules;  mais fédérées ensemble, constituant la première puissance économique mondiale, elles peuvent en réguler le cours. Ceci correspondant bien à la  tradition humaniste et sociale du radicalisme.
Ces réflexions  m'ont amené à me sentir radical si globales soient-elles ; elles trouvent naturellement leur traduction concrète dans un engagement local, ornais, car à l'instar du Parti Radical de Gauche, réformiste, mesuré et juste, je suis persuadé que ces trois "vertus" ne peuvent que faire progresser idées et réalisations  et ainsi notre territoire, notre pays.